jeudi 9 octobre 2008

Croyances

Lorsqu'on passe à travers l'épreuve que j'affronte présentement, on voit souvent plusieurs images, positives ou négatives, saines ou malsaines. La manière dont on se représente ce que sera l'avenir, nos traitements, notre expérience personnelle est le reflet de nos croyances personnelles. Or, les croyances que nous avons qui sont les plus pertubantes, stressantes, angoissantes sont souvent fondées sur l'interprétation des faits, et non sur les faits eux-mêmes.

La croyance que j'ai eu la semaine dernière, c'était évidemment que j'allais mourir à court ou moyen terme. Basé sur quoi? Sur une grosse tache sur mon poumon droit qui diminue, mais qui ne diminue pas assez rapidement en proportion du traitement si je fais une règle de trois entre les mois passés en chimio et les milimètres de la tache en question.

Mais il existe des outils, des questions à se poser pour savoir ou non une telle croyance est bonne ou non pour la santé? Je tire cette méthode du professeur Maxie C. Maultsby, tiré par le fait même du livre de Carl O.Simonton (et Reid Hanson), L'aventure d'une guérison.



1) Cette croyance m'aide-t'elle à protéger ma vie et ma santé? NON
2) M'aide-t-elle à atteindre mes buts à court et à long terme? NON
3) M'aide-t-elle à résoudre ou à éviter des conflits les plus indésirables (qu'il s'agisse de conflits intérieurs ou avec les autres)? NON
4) M'aide-t-elle à ressentir les émotions que je veux ressentir? NON

et enfin, lorsque c'est approprié:

5) Cette croyance est-elle fondée sur des faits? OUI et NON

Si je n'ai pas répondu OUI à au moins trois questions sur cinq, il faut remplacer l'ancienne croyance par une nouvelle qui sera bonne pour la santé.

Il se peut que la tache soit toujours présente lorsque mon traitement sera fini en mars 2009 sauf qu'il est aussi possible que ce soit des tissus nécrosés, que le cancer ne soit plus actif ou présent dans mon organisme.

Et j'ai aussi lu sur le Net que pour mon type de cancer (sarcôme d'Ewing, type PNET), le meilleur indicateur de survie à long terme d'un patient, c'est la réponse au traitement. Et je sais hors de tout doute que mon corps répond au traitement. Hormis cette tache tenace, le reste de autres taches diminuent sensiblement (c'est le terme utilisé par le radiologiste qui fait le rapport) à toutes les radiographies.

Donc au lieu de croire que je vais mourir dans 6 mois, je devrais penser à cette croyance plus saine:

Le cancer est composé de cellules faibles, désorganisées, déformées, faciles à éliminer pour mon corps.

3 commentaires:

La Souimi a dit…

J'pense vraiment que j'aimerais te présenter mes parents. Lis ce que j'écris à propos de Grand'Pop (mon père) et de Grand'Mom (ma mère) sur mon blogue.
Mes parents sont tous les deux survivants du cancer. Ma mère a eu un cancer du sein il y a 10 ans et mon père un cancer de la prostate il y a 5 ans. Il s'en va au Viêt Nam et en Chine à la fin du mois.
Tu sais, je crois sincèrement que l'attitude positive a été toujours ce que je trouve le plus admirable chez eux... Et je crois bien que tu fais aussi partie de cette catégorie de gens.
Bon courage!!!

Benicio a dit…

Merci beaucoup pour les encouragemenrs!

Mais des fois, c'est difficile d'être positif tout le temps.

theduke a dit…

Dure d'être positif tout le temps pour n'importe qui Benito. L'important c'est de l'être la plupart du temps. JE crois que tu es très positif dans cette épreuve et je crois aussi que tu as beaucoup de courage et de détermination pour affronter tout ca. Tu es un exemple pour moi, une source de motivation et d'inspiration.
Lâche pas Benito, et continue d'laboré des croyances plus saines.