dimanche 12 octobre 2008

Écriture automatique

Je ne vous avais pas dit que je faisais partie d'un atelier. Mon infirmière-pivot, cette vlimeuse, m'a enrolé dans un atelier d'Art créatif, prétextant que les participants étaient jeunes et que l'animatrice était jeune et jolie. Bon, je me suis dit, il faut au moins aller voir l'animatrice et de toute façon, je n'ai pas le choix, je suis inscrit contre mon gré de toute façon.


J'ai manqué le premier mercredi parce que j'avais mes traitements, donc je suis allé au deuxième atelier et nous avons fait de l'écriture automatique pour commencer. Une des participantes a pigé un thème. Il faut aussi vous dire que je suis le seul représentant de la gent masculine.


Donc il fallait écrire sur ce thème sans jamais arrêter, sans vraiment penser. Si jamais l'inspiration nous quittait momentanément, il fallait écrire ce qui nous passait pas la tête, même si ce n'était que le thème que nous répétions sur papier.


Nous avons poursuivi avec un dessin pour illustrer notre propos.


Alors voici ce que ça a donné:


Thème: L'abondance


L'abondance pour moi, c'est manger. C'est sûr, c'est la première et la dernière chose qui me vient à l'esprit. C'est familial, ça me fait penser à mon père, ma mère, mes frères et soeurs, puis mes enfants. Quand on ne mange pas, on a rien. Je ne sais pas mais nourriture pour moi = plaisir. Mais c'est plus qu'un repas, c'est s'empiffrer au cinéma, au resto. C'est aussi acheter de la bouffe, avoir un garde-manger, un frigo, un congélateur plein. Magasiner de la bouffe, emmagasiner de la bouffe. J'ai toujours eu cette préoccupation, comme une personne qui a vécu la guerre et le rationnement. J'adore faire l'épicerie, j'adorais cuisiner. Ma conjointe est meilleure que moi et je ne cuisine plus. L'abondance pour moi, c'est la nourriture. En même temps, il y a de la culpabilité après avoir trop mangé. Je ne me souviens plus du temps où je mangeais sans calculer, sans compter. Sans planifier des marches, des activités ensuite. Sans planifier ARRÊTER de manger, me mettre au régime, faire de l'exercice. L'abondance, c'est la liberté. La liberté de manger? D'engraisser, de ne rien faire? L'abondance, l'abondance, l'abondance. L'abondance pour moi, c'est manger. Ai-je faim présentement? Non, pourtant je sais ce que je vais manger ce midi, ce soir, cette semaine. Ce qu'il y a dans le frigo, le garde-manger, le congélo. Liberté ou prison? Question de vie ou de mort? L'abondance pour moi, c'est manger. Je ne suis plus capable, j'ai le bras mort.

Légende: J'ai commencé par essayer de faire un nectarine mais bon, je n'ai ni le talent, ni la technique. Je suis passé aux pastels. C'était plus gras, donc plus large, donc un peu plus simpliste. J'ai donc biffé le fruit et j'ai dessiné autre chose, beaucoup plus le reflet de ma réalité alimentaire. Petit quiz, qu'est-ce que c'est?

6 commentaires:

Sweetness La Tuque a dit…

je prends un chance ..... une poutine :-)

En passsant, ton texte sur l'abondance, c'est presqu'un début de roman. Le rythme est bon.

Pis finalement, l'animatrice est-ce qu'elle est jolie?

CAtharsis a dit…

J'y vais avec "une poutine" moi aussi.

L'aubergiste en devoir a dit…

Ça ressemble effectivement à une frite ou à une poutine.

Tu me ressembles beaucoup concernant la nourriture; mes livres de chevet préférés sont des livres de recette.

Étant donné ma grossesse très difficile, je dois t'avouer que je commence seulement à émerger des nausées intenses.

Il y a deux à trois semaines, je ne me comprenais plus, je pensais que j'étais en dépression profonde, jusqu'à ce que je réalise qu'il y avait au-dessus de 8 semaines que j'éprouvais des nausées tellement dégradantes que seuls pain et céréales trouvaient leur chemin dans mon estomac.

J'ai alors réalisé que la perte de cette jouissance qu'est le plaisir de manger me drainait tellement que j'en étais rendue à broyer du noir. Partout...

Nos petits plaisirs sont importants à notre survie émotionnelle; nous en priver, c'est nous mener directement sur le pavé de l'enfer!

Longue vie à notre estomac! Longue vie aux fromages fins, aux tartares, au pain croustillant et surtout au vin, plaisir dont je dois me passer encore pendant 5 mois. Je fais des X sur le calendrier...

;)

theduke a dit…

Je vais y aller avec la famille: une Poutine. Mais j'y vais avec mon grain de sel: une poutine du Hurteau!

et on veux s'avoir si l'animatrice est jolie ?

Pour le texte, je suis aussi d'accord a dire que c'est bon, j'aime ce que tu écris et la manière dont tu le présente. Ca doit être de famille ....

Rictus a dit…

J'aurais VRAIMENT voulu dire que c'était un sauté de légumes (peut-être n'avais-tu que le brun comme couleur ?) mais bon, je me rends à l'évidence, c'est bel et bien une poutine. Si je ne sais pas ce que je mange pour souper, je passe une mauvaise journée. Et si je peux savoir ce que je vais manger deux-trois jours d'avance, c'est encore mieux. C'est libérateur. Parfois, je fais croire aux gens que j'improvise, que je ne sais pas trop ce que je vais bouffer le soir. Mais c'est juste pour les rassurer, qu'ils croient qu'il y a place à l'improvisation matière de repas. FAUX. Les Américains parle de sécurité énergitique ? Moi je dis '' sécurité alimentaire.'' Si je n'étais pas bien élevé, la première chose que je ferais en arrivant chez les gens, ce serait d'ouvrir le frigo. Ça éviterait des pertes de temps. Plein : On va bien s'entendre. Vide : Comment faites-vous pour vivre ? Je suis certain que 'Ton comprendrais.

Benicio a dit…

@sweetness la tuque
J'avais oublié de d'écrire qu'elle m'avait mentionné qu'elle était jeune, jolie et DYNAMIQUE.

@catharsys
effectivement, dans le mille, un belle poute dégoulinante.

@l'aubergiste
je mange, donc je vis.

@the duke
coudon, obsédés, vous ne voulez savoir que la même chose? :-)

@rictus
j'ai ajouté du blanc pour le fromage en grain mais ça ne paraît pas tellement sur la photo