jeudi 25 septembre 2008

Écrapout

Mardi, de retour de mon traitement. Tout allait très bien. J'avais acheté un bon steak pour mon anémie. J'avais le nouveau Cowboys Fringants pour écouter dans mon portable. Une soupe préparée par ma chérie était prête à mettre au feu plus tard le soir. Les enfants arrivaient pour souper et pour la nuit.

Tout ce qu'il me fallait faire, c'était de ramasser un peu le comptoir puisque chérie n'avait pas eu le temps de tout ramasser suite à sa popote. Donc le recyclage y passe. Les vieux journaux ensuite. Je mets les restes de légumes dans le pot destiné au compost. Tout cela dans une danse frénétique entre la porte, l'entrée et le comptoir.

Tout ce temps, mon petit Koko vaque à ses occupations, c'est à dire espionner le vent, chasser des moustiques imaginaires, explorer le tapis d'entrée, distinguer les odeurs des gens à partir de la senteur de leurs souliers.

Puis, en terminant mes tâches, il me restait une conserve de tomates en dés à mettre au recyclage. Elle était égarée dans la vaisselle sale du comptoir.

Je sors, j'entre, je met le pied sur quelque chose. Je vous épargne tous les détails mais je lui ai brisé le corps. Il saignait de son petit nez et de ses yeux et des ses oreilles. Je sais, ce n'est qu'un chat. Mais c'était mon chat et je l'ai tué.

Je l'ai pris dans mes bras et je suis devenu comme hystérique, à genoux, comme ça. Cette petite boule de poil haletante avait mis de la vie depuis trois semaines dans cette maison qui suintait le cancer, qui puait la mort.

Il est décédé quelques minutes après chez le vet. Nous l'avons enterré dans la platebande.

Mais elle ne m'aura pas cette chienne de vie qui m'envoie à la gueule un cancer et à la tombe trois chats coup sur coup.

Hier, nous sommes allés chercher un nouveau chaton à la fourrière.

Je baisserai pas les bras. Pas tout de suite en tout cas.

3 commentaires:

CAtharsis a dit…

Je m'exclame tout haut, toute seule.

Aïe aïe aïe! quelle histoire à faire frissonner.

Sympathies. x

theduke a dit…

Ouin Benito, c'est rien de joyeux mais je suis content que tu continue et que tu ne lache pas! Qui sait, peut-être que ton nouveau chat n'aimerais pas plus Harper! !
Lache pas mon Benito, comme on dit: "MOVE THE CHAIN!" par en avant pour le prochain "first down"

L'aubergiste en devoir a dit…

C'est peut-être dû à mes hormones de grossesse ou au fait que j'ai 4 chats que j'adore et qui compte pour nous plus que la moitié des bipèdes mais ton histoire m'a fait pleurer.

Toutes mes sympathies pour Koko...