jeudi 20 novembre 2008

Et ma libido?

Note de l'auteur: Si vous transmettez l'ensemble de ce blogue à mes enfants lorsqu'elles seront en âge de comprendre, pouvez-vous svp omettre ce billet. Aussi, maman, ne lis pas ça!

Voici la troisième question qui m'est parvenu dans le cadre de ma chronique Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le cancer sans jamais avoir oser le demander:

''Est-ce que ça affecte la libido toute cette drogue qu'ils t'injectent?''

Libido: Énergie psychique de la pulsion sexuelle (Petit Larousse).

La réponse est non. Mon imagination est toujours la même mais le body ne suit plus toujours. Je ne suis pas rendu au Viagra quand même mais sept long mois de chimio, ça laisse des traces sur la performance. J'espère que ça va revenir.

Deux autres choses. On pense des fois, urgence de vivre, urgence de baiser. Pour ma part, pour l'instant, ce n'est pas mon genre. Capoter et tenter de réaliser mes fantasmes les plus fous seraient un peu un aveu d'impuissance face à ma maladie. De capituler, de dire, ça y est, l'heure est venue, je vais mourir, faisons un ménage à trois.

Après ma guérison, je ne dis pas que je n'aurai pas un regard différent sur tout cet aspect de ma vie et que je n'essaierai pas de rattraper le temps perdu.

Finalement, j'ai moi-même de la difficulté à me regarder dans le miroir tellement mon corps a changé, qu'il est dégueulasse. Imaginez ma conjointe. Mourir, c'est plus facile que de regarder les autres mourir. Ça s'applique à faire l'amour je pense.

3 commentaires:

Magenta a dit…

J'imagine que ça ne doit pas être facile de voir son corps dépérir aussi rapidement. Ça doit être comme de vieillir d'un coup de 50 ans. Mais dans votre cas, ça va revenir et vous vous trouverez aussi beau qu'un jeune Apolon, et là, vous et votre conjointe pourrez abuser de ce merveilleux corps qui aura trempé dans la fontaine de jouvence !

L'aubergiste en devoir a dit…

Tu me fais de la peine en disant que ton corps est dégueulasse mais en même temps, je crois te comprendre. Subir tant de changements doit être assez dur sur le moral.

Cependant, comme dit Magenta, ce n'est pas permanent comme si tu étais laid comme un pou et que seule une chirurgie esthétique pouvait te sauver.

Lors des mois qui ont suivi ma sortie de l'hôpital, ma tête ne suivait plus. Par chance que mon chéri a été compréhensif. Vivre une épreuve, c'est se replier sur soi pour se permettre de guérir. Toutes nos énergies y sont consacrées. Je crois que la libido devient tout ce qu'il y a de plus secondaire.

Mais dieu merci, ça finit par revenir...avec le temps...

Je t'envoie des ondes tout ce qu'il y a de plus positives. Tiens-bon!!!

The B a dit…

@magenta
j'espère bien, j'ai hâte que mes cheveux repoussent

@l'aubergiste
je sais que ça va revenir mais qui sait? Peut-être vais-je mourir avec ce corps qui m'est étranger sans jamais avoir retrouver le mien? Ce que j'espère, c'est de retrouver mon corps au moins pendant quelques mois avant le chemin final. Ça peut paraître un peu morbide là, je m'excuse.

merci pour vos commentaires!